option
 musique

Nouvelles et essais, par Julius Nicoladec

Retour à la liste des chroniques

Callibris : Patricia Muller, calligraphe enlumineur à La-Charité-sur-Loire.

La lettre et l’esprit

Il n’est, pour nous, de sens qu’incarné dans un signe qui en est l’indispensable porteur, et, en dehors de quelques croyances magiques, le seul moyen de transmission. La lettre et l’esprit sont indissociables, il est naturel de penser que la dignité de celui-ci ne pourrait se satisfaire de l’éventuelle vulgarité de celle-là. De même qu’il y a un art de bien dire, il y a donc un art de bien écrire. Presque toutes les civilisations ayant pratiqué l’écriture y ont été attentives. De là provient la notion de calligraphie, étymologiquement la belle écriture, qui est au départ l’art de bien former les lettres manuscrites. La lettre n’est pas indifférente au sens. Comme tout signe, elle est déjà porteuse d’une intention, avant même qu’un sens précis n’ait été explicité.Elle y inclut ses orientations, autant esthétiques que métaphysiques et politiques. Ainsi la minuscule caroline, introduite vers 780 par Alcuin sous l’impulsion de Charlemagne, rompant avec les difficultés de la minuscule mérovingienne, comporte en soi, par ses formes rondes et régulières, un projet de clarté politique et intellectuelle, qui lui vaudra un certain regain lors de la renaissance. Aussi peut-on dire que comprendre le tracé d’une lettre dont l’origine remonte à plusieurs siècles est un voyage à travers le temps.

La main, l’intelligence et le plaisir

L’écriture manuscrite est d’abord éducation de la main, comme nous avons pu le vivre en notre enfance. Et, comme nous le rappelait naguère Leroi-Gourhan, la main est une origine essentielle de la pensée. Mais découvrir et développer ses richesses insoupçonnées est aussi affaire de jubilation. Comme sait le communiquer Patricia Muller, il y a, dans la pratique de la calligraphie, l’immense joie de dompter le maniement de la plume, des traits de base à la réalisation des lettres, de découvrir le plaisir de l’encre et la passion de l’écriture ! Jouer avec délectation sur la taille, l’épaisseur de trait, la couleur, la mise en scène des mots.

Patricia Muller, un parcours diversifié

Issue d’un milieu familial sans proximité avec les livres, elle devient seule, par goût personnel, « rat » de bibliothèque. Encouragée plus tard par le peintre Jean-Cluzeau Lanauve, elle réussit en 1972 le concours d’entrée à l’école Estienne, la prestigieuse École supérieure des arts et industries graphiques. S’ensuivra un parcours assez diversifié, et, après passage dans le journalisme, elle se met à son compte comme graphiste indépendante. Devenue formatrice en PAO, elle connaît le plaisir de revenir à l’école Estienne, de 1995 à 1999, mais cette fois comme coordinatrice pédagogique au GRETA. Patricia Muller ne s’est jamais éloignée de l’univers du livre. Dans l’édition ou dans la publicité, de la maquette à l’impression, elle assure la réalisation de plusieurs ouvrages. Après un passage chez Publicis, elle crée en 2002 l’atelier Callibris.

La Charité-sur-Loire, les livres et les mots.

En bordure de Loire, en limite de la région Bourgogne-Franche Comté, une petite ville attrayante, qui met le mot à l’honneur sur ses murs, dans ses boutiques, dans ses marchés et foires aux livres, dans la « Cité du mot », centre culturel organisant toute l’année des ateliers de découvertes et d’animations. Créé en 2005, un festival annuel décline le mot sous toutes ses formes artistiques, culturelles et sociétales. C’est le lieu idéal pour y mettre en honneur la calligraphie. Patricia Muller y dispense des séances autour de la fabrication du livre, de l'évolution de l'écriture à travers les supports, des techniques de mise en page, de la calligraphie latine et anime des ateliers d'enluminure sur véritable parchemin utilisant des techniques ancestrales. Elle participe aux journées européennes des métiers d’art au Prieuré de La-Charité-sur-Loire et organise de 2005 à 2007 le salon des artistes et artisans liés aux métiers du livre. Elle obtient en 2008 le premier prix des artisans d’art nivernais. Elle prend part, dans la Nièvre et au-delà, à de nombreuses interventions, notamment en milieu scolaire. Inscrite à l’observatoire des métiers rares de la CMA, elle a en outre participé à des expositions au Grand Palais et au Carrousel du Louvre.

La lettre et le nectar

La-Charité immédiate voisine des vignobles renommés de Sancerre et de Pouilly. La rencontre était inévitable. Il y a comme un appel des sens du plaisir de la belle écriture à la fragrance du grand cru. redoublée de la résonance de formes de l’arrondi du délié de la lettre à celui de la douelle du tonneau. Ainsi naît l’idée de la calligraphie sur douelle. Dans la « roto-douelle », les phrases calligraphiées montent comme les vignes dans les treilles. Ce rapprochement est à l’origine de l’exposition « calligraphies en vin – Assemblage de mots et de couleurs » en 2013 à Sainte Gemme en Sancerrois. Viendront également, entre autres, les interventions à La Tour du Pouilly fumé à Pouilly-sur-Loire, puis au Musée du vin à Quincy. Patricia Muller fut notamment invitée d’honneur en mars 2017 pour les 50 ans des vins de Nuits-Saint-Georges.

Quelques mots pour commencer à s’initier

Caroline : écriture datant de Charlemagne, ronde et élégante, se prêtant bien à l’apprentissage.
Calame : roseau taillé en pointe pour écrire à sec sur des tablettes d'argile.
Enluminure : dessin ou peinture fait à la main et qui sert à ornementer une lettre ou un texte.
< Initiale ornée : première lettre d’un mot, comportant des ornements, tels des prolongements de tracé ou des empattements exagérés.

Pour en (sa)voir plus

Page Facebook : Page Facebook
Contact : 0 6 2 1 0 2 8 6 3 4
c a l l i b r i s . p m @ g m a i l . c o m

Julius NICOLADEC

La revue Florilège

Pour changer de registre

Quelques textes un peu plus légers, et qui néanmoins valent le détour, à lire dans les recueils de nouvelles


Écrire à l'auteur

màj 221008

Retour
à la page d'accueil

1076180 / 99