Platon

Platon

Grec
-427, -347
première lecture conseillée :
"Le banquet"

SA VIE

Platon est né à Athènes en 427 av. J.-C., d'une famille illustre. Il passe sa  jeunesse à se  cultiver : jeux sportifs, lettres et poésie. Entouré de philosophes, il est-il, selon Aristote, élève de Cratyle. Il a vingt ans lorsqu'il rencontre Socrate, âgé lui-même de soixante-trois ans, qu'il va fréquenter pendant huit ans, jusqu'à sa condamnation à mort en 399 avant J.-C. Il est en outre influencé par le célèbre Protagoras.
Il retient de Socrate l'importance des préoccupations morales, politiques et éducatives, la croyance en la la réalité des Idées, la critique des sophistes. (voir p. 41) . Ces préoccupations socratiques laissent une empreinte profonde sur les premiers dialogues. Après la mort de Socrate, il se réfugie pendant trois ans à Mégare. Il se rend ensuite en Égypte, dont la civilisation fascine alors les Grecs. L'influence de l'Italie va être ensuite décisive, à la fois par la rencontre avec la tradition éléate (Parménide et Zénon) et par celle des pythagoriciens, notamment de Philolaos.
En 388, il va pour la première fois en Sicile, gouvernée par Denys 1er, qui a pour beau-frère Dion, préoccupé de philosophie. Il y connaît le poète comique Epicharme, qui lui apprend qu'il peut exister un spectacle philosophique, où ce que l'on donne à voir, tout comme ce qui est dit, peut être matière à réflexion et leçon pour un spectateur ou un lecteur, d'où son goût pour la forme dialoguée. Ce séjour s'achève dramatiquement : Dion embarque Platon, menacé, sur un navire Spartiate contraint de faire escale à Égine, en guerre contre Athènes. Platon, prisonnier, est vendu comme esclave, puis racheté et libéré.
A quarante ans, Il fonde une école, l'Académie, où va y enseigner jusqu'à sa mort. Le rayonnement de l'Académie fut considérable. Cette université, installée dans les jardins d'Académos, et plantée de platanes par le Maître, fonctionnait comme une université des sciences et des lettres et une école supérieure de cadres politiques et administratifs. Elle forma des philosophes et des savants et des hommes politiques.
Après la mort de Denys 1er, un second voyage en Sicile de Dion et le renvoi de Platon ; un  troisième se termine également mal, Denys II prétendant lui ôter toute liberté de mouvement.
L'enseignement oral de Platon n'est connu que de façon indirecte, par Aristote et ses commentateurs, mais ses ouvrages destinés au public nous sont tous parvenus.

SON ŒUVRE

Une question historique difficile est celle de l'authenticité de certaines œuvres, écrites après sa mort (textes dits apocryphes). De nos jours, l'usage de l'ordinateur permet une avancée sur ce problème. Dans celles jugées authentiques, on trouve : Apologie de Socrate, Charmide, Criton, Euthyphron, Petit Hippias, Ion, Lâchés, Protagoras, Le Banquet, Cratyle, Euthydème, Gorgias, Grand Hippias, Lysis, Mênéxène, Ménon, Phédon, République, Parménide, Thêétète, Phèdre, Timée, Critias, Sophiste, Politique, Philèbe, Lois, Epinomis, Certaines Lettres..

INTRODUCTION A SA PHILOSOPHIE

      Les premières notions concernant la recherche de la vérité sont d'origine socratique : dialectique, maïeutique, se connaître soi-même, savoir que l’on ne sait pas. Les grands thèmes ultérieurs sont plus proprement construits par Platon : recherche de la cité idéale, différence entre monde sensible et monde intelligible, théorie des Idées, idée suprême du beau.

CITATIONS

" Socrate reprit :
SOCRATE. - Maintenant, pour avoir une idée de la nature de l'homme par rapport à l'éducation et au manque d'éducation, figure-toi la situation que je vais te décrire. Imagine un antre souterrain, très ouvert dans toute sa profondeur du côté de la lumière du jour; et, dans cet antre, des hommes retenus, depuis leur enfance, par des chaînes qui leur assujettissent tellement les jambes et le cou qu'ils ne peuvent ni changer de place ni tourner la tête, et ne voient que ce qu'ils ont en face. La lumière leur vient d'un feu allumé à une certaine distance en haut derrière eux. Entre ce feu et les captifs s'élève un chemin, le long duquel imagine un petit mur semblable à ces cloisons que les charlatans mettent entre eux et les spectateurs, et au-dessus desquelles apparaissent les merveilles qu'ils montrent.
GLAUCON. - Je vois cela.
SOCRATE. - Figure-toi encore qu'il passe, le long de ce mur, des hommes portant des objets de toute sorte qui paraissent ainsi au-dessus du mur, des figures d'hommes et d'animaux en bois ou en pierre, et de mille formes différentes ; et naturellement parmi ceux qui passent, les uns se parlent entre eux, d'autres ne disent rien.
GLAUCON. - Voilà un étrange tableau et d'étranges prisonniers.
SOCRATE. - Voilà pourtant ce que nous sommes. Et d'abord, crois-tu que dans cette situation ils verront autre chose d'eux-mêmes et de ceux qui sont à leurs côtés, que les ombres qui vont se retracer, à la lueur du feu, sur le côté de la caverne exposé à leurs regards ?
GLAUCON. - Non, puisqu'ils sont forcés de rester toute leur vie la tête immobile.
SOCRATE. - Et les objets qui passent derrière eux, de même aussi n'en verront-ils pas seulement l'ombre ?
GLAUCON. - Sans contredit.
SOCRATE. - Or, s'ils pouvaient converser ensemble, ne crois-tu pas qu'ils s'aviseraient de désigner comme les choses mêmes les ombres qu'ils voient passer ?
GLAUCON. - Nécessairement.
SOCRATE. - Et, si la prison avait un écho, toutes les fois qu'un des passants viendrait à parler, ne s'imagineraient-ils pas entendre parler l'ombre même qui passe sous leurs yeux ?
GLAUCON. - Oui.
SOCRATE. - Enfin, ces captifs n'attribueront absolument de réalité qu'aux ombres.
GLAUCON. - Cela est inévitable.
SOCRATE. - Supposons maintenant qu'on les délivre de leurs chaînes et qu'on les guérisse de leur erreur : vois ce qui résulterait naturellement de la situation nouvelle où nous allons les placer. Qu'on détache un de ces captifs, qu'on le force sur-le-champ de se lever, de tourner la tête, de marcher et de regarder du côté de la lumière : il ne pourra faire tout cela sans souffrir, et l'éblouissement l'empêchera de discerner les objets dont il voyait auparavant les ombres. Je te demande ce qu'il pourra dire, si quelqu'un vient lui déclarer que jusqu'alors il n'a vu que des fantômes ; qu'à présent plus près de la réalité, et tourné vers des objets plus réels, il voit plus juste; si enfin, lui montrant chaque objet à mesure qu'il passe, on l'oblige, à force de questions, à dire ce que c'est ; ne penses-tu pas qu'il sera fort embarrassé, et que ce qu'il voyait auparavant lui paraîtra plus vrai que ce qu'on lui montre ?
GLAUCON. - Sans doute.
SOCRATE. - Et si on le contraint de regarder le feu, sa vue n'en sera-t-elle pas blessée ? N'en détournera-t-il pas les regards pour les porter sur ces ombres qu'il considère sans effort ? Ne jugera-t-il pas que ces ombres sont réellement plus visibles que les objets qu'on lui montre ?
GLAUCON. - Assurément.
SOCRATE. - Si maintenant on J'arrache de sa caverne malgré lui, et qu'on le traîne, par le sentier rude et escarpé, jusqu'à la clarté du soleil, cette violence n'excitera-t-elle pas ses plaintes et sa colère ? Et lorsqu'il sera parvenu au grand jour, accablé de sa splendeur, pourra-t-il distinguer aucun des objets que nous appelons des êtres réels ?
GLAUCON. - II ne le pourra pas d'abord.
SOCRATE. - Ce n'est que peu à peu que ses yeux pourront s'accoutumer à cette région supérieure. Ce qu'il discernera plus facilement, ce sera d'abord les ombres, puis les images des hommes et des autres objets qui se peignent sur la surface des eaux, ensuite les objets eux-mêmes. De là il portera ses regards vers le ciel, dont il soutiendra plus facilement la vue, quand il contemplera pendant la nuit la lune et les étoiles, (b) qu'il ne pourrait le faire pendant que le soleil éclaire l'horizon.
GLAUCON. - Je le crois.
SOCRATE. - À la fin il pourra, je pense, non seulement voir le soleil dans les eaux et partout où son image se réfléchit, mais le contempler en lui-même à sa véritable place.
GLAUCON. - Certainement.
SOCRATE. - Après cela, se mettant à raisonner, il en viendra à conclure que c'est le soleil qui fait les saisons et les années, qui gouverne tout dans le monde visible, et qui est en quelque sorte le principe de tout ce que nos gens voyaient là-bas dans la caverne.
GLAUCON. - II est évident que c'est par tous ces degrés qu'il arrivera à cette conclusion.
SOCRATE. - Se rappelant alors sa première demeure et ce qu'on y appelait sagesse et ses compagnons de captivité, ne se trouvera-t-il pas heureux de son changement et ne plaindra-t-il pas les autres ?
GLAUCON. - Tout à fait.
SOCRATE. - Et s'il y avait là-bas des honneurs, des éloges, des récompenses publiques établies entre eux pour celui qui observe le mieux les ombres à leur passage, qui se rappelle le mieux en quel ordre elles ont coutume de précéder, de suivre ou de paraître ensemble, et qui par là est le plus habile à deviner leur apparition ; penses-tu que l'homme dont nous parlons fut encore bien jaloux de ces distinctions, et qu'il portât envie à ceux qui sont les plus honorés et les plus puissants dans ce souterrain ? Ou bien ne sera-t-il pas comme le héros d'Homère, et ne préférera-t-il pas mille fois n'être qu'un valet de charrue» au service d'un pauvre laboureur, et souffrir tout au monde plutôt que de revenir à sa première illusion et de vivre comme il vivait ? GLAUCON. - Je ne doute pas qu'il ne soit disposé à tout souffrir plutôt que de vivre de la sorte.
SOCRATE. - Imagine encore que cet homme redescende dans la caverne et qu'il aille s'asseoir à son ancienne place ; dans ce passage subit du grand jour à l'obscurité, ses yeux ne seront-ils pas comme aveuglés ?
GLAUCON. - Oui, vraiment.
SOCRATE. - Et si tandis que sa vue est encore confuse, et avant  que ses yeux se soient remis et accoutumés à l'obscurité, ce qui demande un temps assez long, il lui faut donner son avis sur ces ombres et entrer en dispute à ce sujet avec ses compagnons qui n'ont pas quitté leurs chaînes, n'apprêtera-t-il pas à rire à ses dépens ? Ne diront-ils pas que pour être monté là-haut, il a perdu la vue ; que ce n'est pas la peine d'essayer de sortir du lieu où ils sont, et que si quelqu'un s'avise de vouloir les en tirer et les conduire en haut, il faut le saisir et le tuer, s'il est possible.
GLAUCON. - Cela est fort probable.
SOCRATE. - Voilà précisément, cher Glaucon, l'image de notre condition. L'antre souterrain, c'est ce monde visible : le feu qui l'éclairé, c'est la lumière du soleil ; ce captif qui monte à la région supérieure et la contemple, c'est l'âme qui s'élève dans l'espace intelligible. Voilà du moins quelle est ma pensée, puisque tu veux la savoir : Dieu sait si elle est vraie. Quant à moi, la chose me paraît telle que je vais dire. Dans le connaissable, l'élément ultime, c'est l'idée du bien qu'on aperçoit avec peine,  mais qu'on ne peut apercevoir sans conclure qu'elle est la cause de tout ce qu'il y a de beau et de bon ; que dans le monde visible, elle produit la lumière et l'astre de qui elle vient directement ; que dans le monde invisible, c'est elle qui produit directement la vérité et l'intelligence ; qu'il faut enfin avoir les yeux sur cette idée pour se conduire avec sagesse dans la vie privée ou publique.
GLAUCON. - J'entre dans cette manière de voir autant qu'il m'appartient.

Sommaire